Sécurité des systèmes d’information et des données personnelles

Sécurité des systèmes d’information et des données personnelles

RSI, NIS, OSE, OIV, PSC, EBIOS, RGPD, Sec, Num, Cloud, … Derrière ces acronymes du cadre réglementaire numérique, en France et en Europe, apparaissent les risques et les obligations en matière de sécurité des systèmes d’information et des traitements de données personnelles

Les rapports d’activité pour 2018 publiés mi-avril par, respectivement, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI), le « régulateur de la sécurité numérique » en sa qualité d’autorité en charge de la cybersécurité
nationale, et la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil), en charge de la sécurité des traitements de données personnelles, offrent et permettent un tour d’horizon rapide des évolutions réglementaires et de l’état des responsabilités en la matière.

Une réglementation évolutive
Au plan réglementaire, on doit tout d’abord mentionner la loi n° 2018-133 du 26 février 2018, le décret 2018-384 du 23 mai 2018 et l’arrêté du 14 septembre 2018 qui sont venus assurer la transposition en France de la directive européenne du 6 juillet 2016, dite « NIS », sur la sécurité des réseaux et systèmes d’information (RSI) des « opérateurs de services essentiels » (OSE) et des grands « fournisseurs de services numériques » (FSN). Cette réglementation est supervisée en France par l’ANSSI et dans la ligne de son dispositif de protection des RSI des opérateurs d’importance vitale (OIV). Elle soumet les OSE et les FSN pour la protection de leurs RSI critiques à un régime de « règles de sécurité nécessaires pour garantir un niveau de sécurité adapté au risque existant compte tenu de l’état des connaissances », et de déclaration des incidents et de contrôle.
Cette réglementation définit et prescrit pour les OSE l’ensemble des « mesures appropriées » pour tout à la fois prévenir, limiter l’impact et gérer les incidents et compromissions de sécurité. Les règles de sécurité prescrites pour les FSN sont établies dans un règlement d’exécution du 30 janvier 2018. Ces règles et mesures sont définies dans cinq « domaines » : celui de la « gouvernance » des RSI concernés (analyse de risque, politique de sécurité décrivant l’ensemble des procédures et des moyens organisationnels et techniques de sécurité mis en œuvre, homologation et audits de sécurité, cartographie) ; celui de leur « protection » (architecture, administration, identités et accès), celui de leur « défense » (détection et traitement des incidents) ; et celui de la « résilience des activités » (gestion de crise en cas d’incident de sécurité ayant un impact majeur sur la fourniture des services essentiels en cause). Ces règles établissent le champ et les mesures de référence de la protection responsable des systèmes d’information critiques.
On peut ensuite mentionner le règlement européen sur la cybersécurité, voté en mars 2019 par le Parlement européen, qui vient, d’une part, donner mandat permanent et compétences à l’ENISA, l’Agence européenne chargée de la sécurité des RSI (9), d’autre part, établir une cadre pour la mise en place d’un « système européen de certification de cybersécurité » pour les processus, produits et services des technologies de l’information et de la communication (TIC). Ce dispositif, qui pourrait devenir un ressort essentiel du « marché unique numérique », devra s’articuler avec les compétences de souveraineté et les intérêts normatifs et industriels fondamentaux des Etats membres avancés dans ce domaine, dont la France avec l’ANSSI. Les deux chambres du Parlement français avaient émis fin 2017 alerte et réserve sur ce point. Le dispositif prévoit que la Commission européenne proposera la liste prioritaire des processus, produits et services TIC susceptibles d’être soumis à ce système de certification et que la certification, structurée en trois « niveaux d’assurance » (élémentaire, substantiel et élevé) procèdera par démarche volontaire des acteurs intéressés.

Référentiels et socle de conformité
L’ANSSI a présenté en 2018 sa méthode EBIOS Risk Manager de référence pour l’analyse des risques de sécurité numérique et l’élaboration d’un « socle de sécurité solide appliquant les référentiels pertinents vis-à-vis de l’état de l’art (10) et de la réglementation », en vue notamment d’un label de conformité pour les éditeurs de solutions logicielles de gestion des risques et de la conformité. Le « régulateur de la sécurité numérique » s’est également intéressé spécifiquement à la sécurité des données personnelles, en faisant évoluer son référentiel SecNumCloud pour intégrer les exigences du règlement général sur la protection des données (RGPD) et en publiant pour la matière des recommandations (« commandements de base », « précautions élémentaires ») tirées et adaptées de son guide d’hygiène informatique. Ce référentiel SecNumCloud concerne les prestations de services d’informatique en nuage (PSIN). Il fait partie des référentiels d’exigences et de labellisation développés par l’ANSSI pour qualifier les « prestataires de services de confiance » (PSC).

Incidents, risques et manquements
La Cnil a elle-même publié en 2018 un guide de sécurité des données personnelles (12), consolidant et développant ses recommandations antérieures. Elle souligne dans son rapport pour 2018 que les « mesures de précautions élémentaires » rappelées dans les recommandations de son guide et de celui de l’ANSSI permettent de prévenir ou de limiter l’impact de nombreuses violations de données personnelles et « doivent aujourd’hui être le socle minimum sur lequel toute organisation fait reposer son système d’information ». D’autant que le RGPD, entré en vigueur en mai 2018, « impose à tous les organismes qui traitent des données personnelles de mettre en place des mesures pour prévenir les violations de ces données » et de pouvoir « apporter la preuve de leur conformité ». En effet, le RGPD place la « garantie de sécurité appropriée » des données personnelles parmi les « principes » de conformité et de responsabilité du traitement des données personnelles, avec la responsabilité de « mettre en œuvre des mesures techniques et organisationnelles appropriées pour assurer et être en mesure de démontrer que le traitement est effectué conformément au règlement ». La mise en œuvre du « socle de sécurité » recommandé aura ainsi vocation à constituer la preuve de la conformité à l’obligation de garantie de sécurité appropriée des données personnelles traitées, obligation de moyen renforcée et de moyens effectifs à l’état de l’art, en particulier dans le cadre de la notification obligatoire d’une violation de données susceptible de révéler non seulement un défaut de sécurité causal mais une politique de sécurité défaillante.

L’ANSSI rapporte la survenance en 2018 de 1.869 signalements d’évènements de sécurité, dont 391 incidents (hors OIV) et 16 incidents majeurs, contre respectivement 2.435, 794 et 20 en 2017. Elle rappelle l’étendue et l’intensité constantes des menaces et des risques de cybersécurité (sabotage, déstabilisation, espionnage, captations, fraudes, etc.), en soulignant que l’espionnage est le risque qui pèse le plus fortement sur les organisations, à travers notamment des attaques indirectes exploitant des relations de confiance établies entre parties prenantes. Le rapport publié en mai 2018 par la Délégation interministérielle aux industries de sécurité et à la lutte contre les cybermenaces (DMISC) sur l’état de la menace numérique en 2018 présente un tableau instructif des attaques, des fraudes et des dommages

enregistrés avec le développement notamment du « crime- as-a-service » (CaaS) et souligne le risque majeur des objets connectés, à la fois cibles et vecteurs d’attaques, dont la sécurité n’est souvent pas la préoccupation principale de leurs fabricants. Il note par ailleurs que si la grande majorité des entreprises françaises sont touchées par des cyberattaques et que la France est le deuxième pays au monde le plus affecté par les vols de données personnelles, « la sécurité représente moins de 5 % du budget IT dans près de deux tiers des entreprises ». La Délégation parlementaire au renseignement a pu constater dans son rapport publié en avril 2018 que le tissu économique français « pâtit encore d’une culture de sécurité, notamment informatique, très largement déficitaire ». Pour sa part, la CNIL mentionne la poursuite en 2018 de nombreux signalements de violations de données personnelles issues de failles de sécurité et la réception entre fin mai 2018 (entrée en vigueur du RGPD) et fin décembre 2018 de 1.170 notifications de violations à la suite principalement d’atteintes à la confidentialité. De son analyse de ces notifications, elle a constaté tout d’abord que plus de 50 % des violations avaient pour cause un acte externe malveillant (principalement par piratage cyber et secondairement par vol physique) et environ 17 % un acte interne accidentel (principalement par adressage à un mauvais destinataire et secondairement par publication non volontaire). Ensuite, que ces violations mettaient « en évidence des faiblesses des systèmes d’information ou des processus mis en œuvre au sein des entreprises ».
Tout comme en 2017, la majorité des sanctions (7 sur 10) et les montants les plus élevés de sanctions pécuniaires prononcés par la Cnil en 2018 l’ont été pour des manquements à la sécurité et à la confidentialité des données des utilisateurs ou des clients (14). Ces montants restent néanmoins limités au regard de la gravité des manquements des atteintes constatées.

Sanctions des carences ou insuffisances
La Cnil souligne que ce ne sont pas les incidents de sécurité en tant que tels qu’elle a sanctionnés, mais les carences ou les insuffisances manifestes dans les mesures prises pour assurer la sécurité, causales dans les violations constatées y compris dans les cas d’intrusions élaborées. Les motifs de manquement et les montants de sanctions pourraient se développer fortement sur la base du RGPD, et avec une meilleure répartition entre les différentes parties prenantes à la sécurité des traitements. Il sera également instructif de suivre le traitement par la DGCCRF du signalement que lui a adressé la Cnil en novembre 2017, dans l’affaire de la sécurisation des jouets connectés, au regard des « enjeux de sécurité et de conformité qui persistent en dehors du champ d’application de la loi “Informatique et Liberté” ».

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*